Faut-il faire le chemin en groupe ou seul ?

Alain-Pierre Condette

Voilà bien une question difficile à laquelle il faut répondre puisqu’elle est posée. Je pars le 1er juin 2010 de la Pointe Saint Matthieu (à l’ouest de Brest) et souhaite me rendre à Compostelle par le Camino Norte et cela sans interrompre le périple. En bref de m’y rendre en longeant le plus possible l’océan. A Saint Jacques, je souhaiterais bien sûr (si j’arrives au bout) pousser jusqu’au Cap Finistère pour boucler la boucle.

Partir seul présente de vrais avantages et de vrais inconvénients à mes yeux. Un chemin qui permettra de faire le point avec son histoire et soi même à tous points de vue pour envisager sereinement au retour quel sens donner à sa vie future. Donc un chemin d’intériorité, ça, c’est une vraie chance. Mais partir seul c’est aussi prendre le risque de ne pas avoir suffisemment de motivations lorsque les moments difficiles surviendront (fatigue, bobos divers, blues etc etc).
Partir à 2 ou plus présente l’avantage de se soutenir, de trouver en l’autre la motivation qui pourrait défaillir chez soi et de motiver et aider l’autre lorsque lui aussi défaille. Mais cela a un vrai inconvénient. A deux, il me semble difficile de pouvoir faire le point avec soi même et ce chemin est sans doute le vrai privilège qu’il offre. De plus, comment savoir avant de partir si la personne avec qui vous vous êtes entendu pour le faire correspond bien à la personnalité de chacun. Trois mois (durée moyenne de ce voyage d’où que l’on parte et si on le fait en une seule traite) c’est très long et si on a du mal à s’entendre, cela peut vite devenir difficile.

Alors, quel est le bon moyen ? Je me dis que partir seul malgré toute la part d’incertitudes que cela présente n’empéchera pas de cheminer avec d’autres au hasard des rencontres pour un moment court ou plus long selon le souhait de chacun et bien sûr son rythme de marche.
Après ? Wait and see.

7 réponses disponibles

  • 6 mars 2010
    Alain-Pierre Condette

    Voilà bien une question difficile à laquelle il faut répondre puisqu’elle est posée. Je pars le 1er juin 2010 de la Pointe Saint Matthieu (à l’ouest de Brest) et souhaite me rendre à Compostelle par le Camino Norte et cela sans interrompre le périple. En bref de m’y rendre en longeant le plus possible l’océan. A Saint Jacques, je souhaiterais bien sûr (si j’arrives au bout) pousser jusqu’au Cap Finistère pour boucler la boucle.

    Partir seul présente de vrais avantages et de vrais inconvénients à mes yeux. Un chemin qui permettra de faire le point avec son histoire et soi même à tous points de vue pour envisager sereinement au retour quel sens donner à sa vie future. Donc un chemin d’intériorité, ça, c’est une vraie chance. Mais partir seul c’est aussi prendre le risque de ne pas avoir suffisemment de motivations lorsque les moments difficiles surviendront (fatigue, bobos divers, blues etc etc).
    Partir à 2 ou plus présente l’avantage de se soutenir, de trouver en l’autre la motivation qui pourrait défaillir chez soi et de motiver et aider l’autre lorsque lui aussi défaille. Mais cela a un vrai inconvénient. A deux, il me semble difficile de pouvoir faire le point avec soi même et ce chemin est sans doute le vrai privilège qu’il offre. De plus, comment savoir avant de partir si la personne avec qui vous vous êtes entendu pour le faire correspond bien à la personnalité de chacun. Trois mois (durée moyenne de ce voyage d’où que l’on parte et si on le fait en une seule traite) c’est très long et si on a du mal à s’entendre, cela peut vite devenir difficile.

    Alors, quel est le bon moyen ? Je me dis que partir seul malgré toute la part d’incertitudes que cela présente n’empéchera pas de cheminer avec d’autres au hasard des rencontres pour un moment court ou plus long selon le souhait de chacun et bien sûr son rythme de marche.
    Après ? Wait and see.

  • 19 mai 2010

    Bonjour
    mon ami est seul en ce moment, depuis le 31 mars 2010, il est déjà à Roncevaux. Le faire seul lui permet de s’intérioriser, effectivement, et à distance, par téléphone, une fois par jour, nous échangeons. Je le soutiens si besoin, il me fait part de ces impressions. Je pense que c’est un moment de réflexion, et il faut le faire seul pour être ouvert aux rencontres et à sa propre méditation.

  • 31 mai 2010
    bob

    ... presque 40 ans en arrière (1973, Seyne-le- Alpes et environs), le monde est petit. Bonne route à pieds, pas en camping-car

  • 17 avril 2011
    rosa

    a mon avis c’est mieux de partir seul plutot que avec des personnes que tu connais pas et que tu n’aurais pas eu envis de marcher avec eux si tu les avais croisés en chemin par contre tu rencontreras toujours quelq’un avec tu te sentiras bien et ça se feras naturellement .
    bon camino

  • 30 août 2011
    Hontanas

    Il faut le faire seul(e) sauf si on veut se brouiller définitivement avec la personne qui vous accompagne. Une exception à cette règle : partir avec son conjoint si vous êtes mariés depuis plusieurs années.

  • 30 juin 2012
    sonia

    bien, le premier jour, je suis partie avec 3 hommes ( aucun n’était mon petit ami) et nous nous sommes perdus dès le premier jour( je faisais pas mal de photos de l’eau), nous nous sommes retrouvés parfois dans des des gites.
    Il y en a qui ne ne pouvait partir qu’une semaine, un autre qui a eu une tendinite à Sauges, le 3ème, écrivain qui portait son ordinateur, il me semble que c’est lui qui a le plus tenu avant moi, mais nous nous voyons très peu, par hasard parfois dans des gites.
    Donc, j’ai marché seule et cela a été mon plus grand bonheur, j’ai tenu plus longtemps, je ne voyais pas le temps et seule, j’étais bien
    Comme sur le forum, j’ai eu qq réflexions désagréables car je n’étais pas au même rythme que les autres ( je marche très vite, là n’est pas le souci)réveillée plus tôt, je partais plus tard, et j’arrivais tard aux gites, je ne me précipais pas sous la douche ou dans la cuisine, j’attendais, c’est une des choses de certains pèlerins qui m’ont agacées, point grave...
    Marcher seule a été splendide.
    Maintenant, je ne dis pas pas que si 2 personnes ont la même foi, cela ne peut pas être extraordinaire, mais je repartirai seule et jamais je ne me suis sentie seule
    Sur le chemin, j’ai toujours été confiante, je ne sais comment expliquer cela ( même si j’ai eu plusieurs hors chemin car je me suis paumée maintes et maintes fois, cela ne m’a jamais fait peur) je n’ai jamais réservé mes gites sauf une fois car c’était un long week-end, mais vrai que je suis partie en mars, donc moins de monde...
    Partir seule est pour moi un très bon souvenir mais je conviens que d’autres personnes ne font pas le même choix
    Bises
    Sonia

  • 30 mai 2013
    armand

    Toutes les solutions sont bonnes et elles dépendent vraiment de chacun.
    Pour ce qui me concerne je propose des marches accompagnées sur mon blog :
    http://armand49compostelle.over-blog.com

    Je suis bien sûr ouvert à tout commentaire

    armand

    Voir en ligne : http://armand49compostelle.over-blog.com

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par les responsables.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

S'informer

Recevoir chaque semaine la liste des derniers départs de discussion

Participer

Consulter et répondre aux messages postés